Immobilier : 4 astuces pour bien acheter en étant seul(e)

Immobilier : 4 astuces pour bien acheter en étant seul(e)

Acheter seul(e), cela n’a rien d’impossible. La part des personnes qui achètent seules un bien immobilier est toujours importante, malgré un contexte qui s’est durci ces dernières années. La part des célibataires est forte parmi les primo-accédants, ce qui montre que se lancer en solo est possible et réaliste, même avec un marché tendu et des prix en hausse. Mais devenir propriétaire en étant célibataire, cela se prépare. Voici plusieurs astuces pour vous aider dans votre projet.

Se donner une vision patrimoniale de l’immobilier

La pierre, souvent vantée pour son caractère de valeur refuge, constitue aussi un placement important. Lorsque l’on est seul et que l’on souhaite développer son patrimoine, devenir propriétaire est une solution parmi d’autres. Plutôt que de placer et bloquer des sommes sur des produits d’épargne avec des taux de rendement limités, acheter est une vraie opportunité. En se payant son « chez soi », on réalise une double opération : on peut s’affranchir des contraintes propres à la location (loyer qui augmente, bail qui peut être cassé) en se constituant un capital immobilier… qui a une valeur !

En ayant cette vision patrimoniale de l’immobilier, vous allez pouvoir identifier des opportunités sur le marché. Achetez un bien qui vous tient à cœur, que vous aimez, et dont vous avez identifié le potentiel de par son emplacement, son architecture ou encore la distribution de ses pièces. Montrez aux banques que vous ne négligez aucun aspect et que vous vous êtes intéressés aux dépenses liées à l’accession d’un logement comme la taxe foncière, les frais d’entretien ou encore les factures énergétiques. Cette projection montrera votre sérieux.

Préparer son projet immobilier avec une étude de financement

Lorsque l’on achète seul(e), le déclencheur qui mène à la signature d’un contrat chez le notaire peut être très différent d’une personne à l’autre. Vous pouvez avoir ce projet pour satisfaire votre envie personnelle de disposer d’un appartement ou d’une maison. C’est peut-être l’envie de construire votre futur, d’avancer et d’évoluer que vous projetez sur la pierre. C’est aussi souvent pour s’ancrer, réaliser un projet de vie que l’on se lance dans l‘immobilier.

Ces raisons personnelles, vous pouvez les garder pour vous ou décider au contraire de les exposer à un professionnel pour monter votre dossier de financement. En effet, avant même de vous lancer à l’assaut des petites annonces, vous pouvez mettre sur pied une étude de financement avec l’appui d’un courtier (comme IN&FI Crédits). Celle-ci consiste à évaluer vos revenus et l’état actuel de votre épargne et ainsi déterminer une enveloppe disponible. En exposant vos motivations et ce qui vous pousse à vous lancer dans l’immobilier, vous pouvez obtenir un accompagnement personnalisé pour définir de manière fine votre capacité d’emprunt… et savoir d’emblée quels biens cibler !

Se constituer un apport personnel

La question de l’apport personnel ne peut pas être éludée lorsque l’on parle d’acheter un bien immobilier seul(e). Les banques sont en effet de plus en plus regardantes sur la situation financière des candidats à l’achat et exigent souvent un apport personnel minimal. De fait, les emprunteurs solitaires sont bien plus impactés par les conditions qui se sont durcies. Seul(e), on dispose en règle générale de revenus plus faibles qu’en couple. Pour autant, ce sont souvent les mêmes types de biens qui sont ciblés. Oui, vous pouvez préférer acheter un petit appartement dans le centre de Paris, mais dans de nombreuses villes en province, vous vous retrouverez souvent en « concurrence » avec des couples sur des appartements ou même de petites maisons !

Comment maximiser vos chances de voir votre recherche aboutir ? En ayant un apport personnel. Celui-ci doit couvrir au minimum les frais de garantie du crédit mais aussi les frais de dossier et les droits de mutation à titre onéreux (ce sont les fameux frais de notaire). Selon le prix du bien, cette somme peut grandement varier et représenter de 10 à 15 % du coût total d’achat.

Il est donc important de commencer à épargner tôt, bien en amont de votre projet immobilier. Faire appel à des proches – membres de la famille ou amis – pour réunir la somme est également possible.

Présenter un profil d’emprunteur déterminé

En complément de la préparation via une étude de financement et de l’importance de donner à votre projet une vision patrimoniale, un autre élément est à prendre en compte : la présentation globale de votre profil. Puisque vous souhaitez emprunter en solitaire, vous n’allez offrir aux banques qu’une seule source de revenus : vous. Si ce point peut vous être défavorable en comparaison aux couples qui apportent de facto un risque plus réduit, vous pouvez soigner votre profil et le rendre attractif. Comment ? En mettant en avant votre stabilité professionnelle et la sécurité de vos revenus, en expliquant les évolutions possibles dans votre profession. C’est aussi en fournissant les relevés bancaires de vos derniers mois que vous pouvez expliquer vos habitudes de vie.

Oui, vous disposez d’une capacité d’emprunt plus limitée qu’un couple, mais en expliquant que vous faites preuve de rationalisation et d’optimisation de vos dépenses, vous allez convaincre votre interlocuteur. D’ailleurs, l’optimisation est la clé d’un achat immobilier réussi pour une personne seule. En effet, vous pouvez totalement bénéficier de certaines aides à l’achat qui ne sont pas réservées qu’aux couples. C’est le cas par exemple du prêt à taux zéro (PTZ+) mais aussi selon vos revenus du prêt d’accession sociale (PAS) ! Chercher à construire un dossier précis, bien préparé, c’est avoir plus de chances qu’une banque vous dise un grand OUI !

 

A lire également :
>> Achat immobilier : les « bonnes » questions à se poser avant de se lancer !