Résident, non-résident, expatrié : comment trouver un crédit immobilier aux meilleures conditions ?

Décrocher un crédit immobilier pour financer l’achat d’un bien alors que vous êtes expatrié ou non-résident français peut relever du parcours du combattant.
Idem si vous êtes résident français mais que vous voulez investir en dehors de l’Hexagone.
Plus prudentes, plus exigeantes, les banques font confiance aux candidats les plus sérieux pour qui veut s’acheter une résidence principale ou secondaire voire se lancer dans l’immobilier locatif depuis (ou vers) un autre pays. Preuve de cette frilosité (et parfois de ce manque de connaissance des spécificités du crédit entre deux pays), certaines banques refusent purement et simplement d’accompagner leurs clients. Fort heureusement, il existe des solutions pour trouver votre financement immobilier.
Selon votre profil, votre projet et vos envies, vous pouvez trouver une banque qui vous accompagne. Dans cette croisade, votre courtier IN&FI Crédits joue un rôle clé.

Résidents, non-résidents, expatriés : une différence de traitement réelle par les banques


C’est une réalité, selon que vous ayez le statut de résident français, que vous soyez non-résident ou expatrié, vous n’aurez pas le même traitement lorsque vous êtes en quête d’un crédit immobilier.

Nous n’aborderons pas ici volontairement le cas des résidents français qui cherchent à obtenir un crédit immobilier pour l’achat d’un bien en France.
Notre propos est plutôt d’aborder la question des résidents qui souhaitent investir à l’étranger et surtout des non-résidents ou expatriés qui souhaitent à l’inverse investir en France.
Dans tous ces cas de figure, un établissement bancaire français peut être sollicité. Mais votre statut particulier signifie une prise de risque plus grande et des spécificités à connaître.

Vous êtes résident fiscal en France

Il est possible d’être considéré comme résident de France mais de percevoir des revenus à l’étranger. Dans ce cas, ils doivent faire preuve d’un prélèvement « contemporain » à leur perception par une retenue à la source ou un acompte calculé par l’administration fiscale. Cet encadrement de la fiscalité doit se faire en respectant les conventions fiscales internationales dans le but d’éviter une double imposition.

Cette situation est en théorie simple et lisible par les banques. Pour obtenir un crédit immobilier et investir en France ou à l’étranger, mentionnez ces revenus « extérieurs » et assurez-vous de leur bonne déclaration.

Vous êtes non-résident

Dans ce cas, vous disposez d’un contrat de travail local, avec une entreprise étrangère qui vous rémunère. Votre domicile fiscal se situe ainsi à l’étranger mais vous pouvez avoir des intérêts économiques ou professionnels en France. Vous pouvez même avoir l’envie de réaliser un projet immobilier dans l’hexagone et ainsi acheter un bien.

Cette situation est la plus complexe car votre contrat n’est pas en droit français et le lieu d’exercice de votre activité n’est pas l’Hexagone. Alors, bien qu’étant de nationalité française, vous serez considérés par les banques comme un acheteur « étranger ». A moins de détenir un patrimoine important dans un établissement français et de pouvoir justifier d’une solidité financière.

Vous êtes expatrié

On entend par expatriation le fait de travailler à l’étranger en ayant un contrat en droit français. Généralement avec un contrat à durée indéterminée (CDI), un travailleur expatrié dispose d’un avenant qui précise les conditions d’exercice de son métier. On peut notamment y découvrir des informations au sujet d’une éventuelle prime et les détails de la rémunération avec une date de retour envisagée.

Il s’agit du meilleur cas de figure pour obtenir un crédit immobilier. En effet, vous êtes considéré comme travailleur détaché à l’étranger et donc comme résident.

Des conditions plus rigides pour obtenir un crédit immobilier

Pour les banques, cette situation particulière qui implique une activité entre la France et un autre pays suppose une prise de risque plus forte. En étant situé à l’étranger, la communication n’est pas simple du fait du décalage horaire et les échanges sont plus complexes à mener en cas de litige. D’ailleurs, bien avant d’imaginer une situation de blocage, c’est la préparation du dossier qui pour certaines banques est un véritable frein. Il faut parfois traduire les documents d’engagement, les faire suivre et s’adapter à une monnaie locale. Des efforts que certains établissements ne souhaitent pas faire.

Votre dossier est aussi plus « complexe » car il nécessite une véritable connaissance des critères de fiscalité du pays de résidence. C’est ce qui explique que les refus d’accompagner les projets d’investissement immobilier pour les Français basés à l’étranger soient nombreux. Lorsque les banques donnent le feu vert, il peut y avoir des conséquences.

Le taux du crédit immobilier pratiqué est majoré en comparaison avec les taux de marché habituel pour les résidents français. En parallèle, la banque pourra exiger des garanties fortes notamment en matière d’assurance emprunteur ou encore en ce qui concerne le montant de l’apport personnel (lire ci-après).

A savoir : si vous êtes non-résident avec le statut de chef d’entreprise ou professionnel libéral, les banques seront d’autant plus frileuses à vous accompagner. Votre situation professionnelle étant jugée moins stable, vous devrez apporter des garanties solides pour obtenir un crédit immobilier.

Les étapes pour obtenir un prêt immobilier

Comme pour un crédit immobilier classique, une demande de financement alors que vous êtes non-résident ou expatrié va respecter un certain formalisme. Mais chaque étape pourra être allongée du fait d’une prudence accrue de la part de votre interlocuteur.

Tout va débuter par une vérification des conditions d’éligibilité. La banque va s’assurer de votre sérieux – stabilisation professionnelle et situation financière – et vérifier la cohérence de votre taux d’endettement actuel. L’entreprise dans laquelle vous travaillez et le pays de résidence peuvent être des critères de sélection déterminants. Être salarié d’une grande entreprise et vivre dans un pays développé vous apporte un avantage décisif.

Ensuite, si la banque avec laquelle vous échangez peut donner suite à votre demande, elle exigera des justificatifs : pièce d’identité, justificatif de domicile, de situation matrimoniale, documents liés aux revenus et au contrat de travail, sans oublier les détails de votre situation bancaire et l’état de votre patrimoine. C’est ici que vous pouvez avoir un avantage décisif si vous détenez déjà un compte bancaire ou des produits de placement au sein d’une banque internationale. La « passerelle » entre les pays en sera simplifiée.

Votre dossier est validé et vous pouvez obtenir une offre ? Alors le financement qui vous sera proposé sera sûrement moins attractif que pour un résident français souhaitant acheter en France. En règle générale, le taux pratiqué est augmenté de 0,2 à 0,5%. L’apport initial requit peut grimper jusqu’à 30 % à 40 % de la valeur totale du bien et une garantie solide est exigée (hypothèque). De plus, l’assurance emprunteur disposera de très nombreuses conditions.

Solliciter un courtier en crédit pour simplifier vos démarches

Pour trouver une offre aux meilleures conditions et gagner du temps dans vos démarches, nous vous recommandons de faire confiance à un courtier en crédit si vous êtes expatrié ou non-résident.
Faire intervenir cet intermédiaire dans la recherche de votre crédit vous assure :

  • Une disponibilité et un accompagnement adaptés à votre situation.
  • Un montage parfait du dossier qui sécurise et consolide votre demande.
  • Une négociation directe auprès des organismes financiers partenaires.
  • Une offre adaptée à votre profil avec une banque qui connaît les spécificités de votre lieu de résidence et la fiscalité qui s’applique.

En qualité d’intermédiaire en opérations bancaires, le courtier IN&FI Crédits travail dans votre intérêt pour trouver une banque ayant le savoir-faire pour vous aider à acheter un bien que vous soyez non-résident ou expatrié. Votre courtier ne propose pas votre dossier à une banque n’ayant aucune expérience en la matière. Surtout, selon le lieu où vous envisagez d’acheter, votre courtier peut vous recommander une banque internationale, un réseau bancaire plus modeste voire même un spécialiste du crédit ultraspécialisé que vous ne connaissez peut-être pas. À chaque fois, c’est une solution sur mesure conforme à vos attentes qui est préconisée.

IN&FI Crédits peut vous accompagner dans vos démarches. Trouvez votre agence afin de lancer dès aujourd’hui les démarches et initier votre recherche de financement immobilier depuis l’étranger.

 

 

(Source photo : freepik.com – Eau photo créé par tawatchai07)