Le Diagnostic de Performance Energétique monte en puissance

Un décret du 18 décembre 2020 donne de nouvelles prérogatives au DPE (Diagnostic de Performance Energétique) dans le cadre des orientations gouvernementales à la rénovation et à l’amélioration des logements. A compter du 1er juillet 2021, le DPE deviendra opposable aux tiers. Cela va prendre de l’importance dans les relations entre preneurs et bailleurs dans les logements collectifs, un des buts avoués du Ministère étant de limiter – à défaut de bloquer, ce qui interviendra en 2028 –  la location de logements « passoires thermiques » en améliorant l’information.

Rappelons que l’information accompagnant la fourniture du DPE sera renforcée et obligatoire pour la vente de logements dégradés énergétiquement (classification « F ») dès le 1er janvier 2022, en application de la Loi Energie-Climat de 2019. Reste que si les professionnels de l’audit énergétique se félicitent de ces mesures, ils restent en attente de plusieurs décrets, notamment ceux fixant les règles de calcul, qu’il faudra différencier selon qu’il s’agit d’immeubles très anciens ou plus récents. Cette révision du DPE semblait par contre nécessaire car la crédibilité des diagnostics fournis ces dernières années avait fait l’objet de nombreuses railleries de la part des acteurs du Logement, tandis que les sanctions pour absence avaient, par contre, été durcies.