Immobilier : les règles à connaître pour créer et utiliser un local à vélos

 

Les chiffres de la pratique du vélo ont connu cette année une forte augmentation. Le vélo est en effet le mode de transport qui ressort comme le grand gagnant de la période actuelle. Une période marquée par les confinements, les restrictions de déplacement et la nécessaire recherche de nouvelles options de mobilité. La pratique du vélo est largement supérieure aux années précédentes : il répond en effet à la recherche de distanciation physique, contribue à une meilleure santé et est aussi source d’économie. Un engouement qui a des conséquences en matière d’immobilier.

Le vélo et son stationnement en copropriété

 

Le vélo devient un des moyens de déplacement préféré des Français. Il s’intègre dans les déplacements quotidiens de nombreuses personnes (augmentation du trafic de 36% dans les villes selon les chiffres de l’association Vélo & Territoires). Mais comment trouve-t-il sa place dans nos logements ? Le stationnement est souvent un sujet problématique. Il faut pourtant mettre en place des solutions.

Car se déplacer à vélo mais devoir le monter à bout de bras jusqu’au quatrième étage sans ascenseur… cela risque bien d’être usant avec le temps ! L’engouement autour de la pratique du vélo, s’il s’avère durable, va modifier sa prise en compte au sein des logements.

Les parties communes de nombreux immeubles ne sont pas adaptées à cette pratique du vélo qui se démocratise. Est-il possible de créer ou d’agrandir un local à vélo déjà présent dans la copropriété où vous résidez ? Si vous achetez un logement neuf dans un immeuble en copropriété, quelles sont les règles en ce qui concerne le local à vélo ?

Aménager un local à vélo en copropriété

Depuis une dizaine d’années environ, le stationnement des vélos doit faire l’objet d’aménagements dédiés dans les immeubles collectifs.

Dans un immeuble ancien

Malheureusement, l’obligation de créer un local à vélos n’incombe pas aux bâtiments existants. Cela signifie que pour un logement ancien, l’aménagement d’un local à vélo doit se faire par consultation des copropriétaires uniquement.

Pour cela, vous pouvez invoquer la loi n°65-557 du 10 juillet 1965. Elle impose au syndic – si vous en faites la demande – d’inscrire à l’ordre du jour de la prochaine assemblée générale des copropriétaires la réalisation de stationnements pour vélo sécurisés. Plusieurs devis doivent être édités pour créer et aménager cet espace dédié aux vélos.

Si vous êtes locataire et non propriétaire, vous pouvez demander à votre bailleur s’il peut intervenir. Celui-ci peut vous représenter et défendre le sujet !

A savoir : si vous souhaitez acheter un bien ancien, la présence d’un local à vélo est un atout. Souvent, ce bonus (comme la présence d’une cave ou d’un grenier) peut faire l’objet d’un petit surplus au niveau du prix. Avec de plus en plus de cyclistes, ce prix majoré risque de devenir de moins en moins négociable.

Dans un immeuble neuf

Selon l’article R111-14-4 du code de la construction et de l’habitation (CCH), toutes les nouvelles constructions de plus de deux logements doivent disposer d’un local à vélo. Pour que celui-ci soit construit, un stationnement automobile réservé aux occupants de l’immeuble doit aussi être proposé.

A savoir : les promoteurs immobiliers intègrent les nouveaux besoins en matière de mobilité. Les projets de bâtiments plus écologiques, sains et intégrés dans la ville durable font parfois une belle place au vélo. Renseignez-vous sur les programmes neufs dans votre ville. En parallèle, évaluez votre capacité d’emprunt et vérifiez les aides à l’achat auxquelles vous pouvez prétendre.

Quelle est la surface idéale d’un local à vélo ?

 

Si vous souhaitez initier un projet de création d’une zone réservée au stationnement de vélos, ou si vous voulez vous renseigner sur ce projet dans un immeuble actuellement en construction, voici les règles à connaître.

Tout d’abord, la surface de ce local à vélo dépend du plan local d’urbanisme de la ville (PLU), ainsi que de la superficie du bâtiment. Si des dispositions sont prévues dans ces documents d’urbanisme, il faut s’y conformer.

À défaut, la règle est à trouver une nouvelle fois dans l’article R111-14-4 du CCH. Il faut disposer d’une superficie de 0,75 m² par logement de 2 pièces et 1,5 m² pour les 3 pièces et plus. Au-delà de cette vision purement normative, comment déterminer la bonne jauge ?

Le nombre de places de stationnement de vélo nécessaire au sein du local se détermine selon plusieurs éléments.

  • Les conditions de circulation et la qualité des itinéraires cyclables à proximité. Si, dans un rayon de 2 à 4 kilomètres, le maillage de pistes cyclables est important, il est pertinent de proposer un espace conséquent pour les vélos.
  • C’est aussi la concurrence de la voiture qu’il convient d’évaluer pour déterminer le bon dimensionnement pour le local à vélo. Selon qu’il est facile ou non de stationner sur place ou à proximité, les occupants auront tendance à choisir le vélo. Il faut donc proposer un local adapté.
  • Enfin, dernier élément à prendre en compte, la concurrence des transports publics. Selon la qualité de la desserte on peut là aussi estimer une intensité d’usage future.

L’important, au-delà de la définition d’un espace pour stocker les vélos, c’est d’apporter une sécurité à ces équipements souvent sujets au vol. Les espaces doivent être équipés lorsque cela est possible d’une fermeture sécurisée et de dispositifs fixes pour stabiliser et attacher les vélos. Il faut également prévoir un éclairage.

Consultez le guide dédié au stationnement des vélos dans les espaces privés édité par le ministère de l’écologie. Très complet, il donne des conseils pratiques d’aménagement. Vous pouvez le trouver en suivant ce lien.

Un local à vélo, un élément qui apprécie la valeur d’un bien immobilier

 

En se projetant dans la ville de demain, on peut imaginer que les modes de transport doux se développeront. La place au vélo va croître encore, l’automobile étant progressivement chassée de l’hypercentre des grandes métropoles.

Alors, disposer d’un local à vélo est un atout considérable en matière d’immobilier. Un bon aménagement, un système de sécurisation et un éventuel service associé (partage pour les utilisateurs d’une même copropriété) peut faire augmenter la valeur d’un bien immobilier.

Un local à vélo contribue à recréer dans des immeubles collectifs tout le confort que l’on peut retrouver dans une maison individuelle. Un argument qui peut même faire pencher la balance entre deux logements équivalents !

Photo créé par ArthurHidden – fr.freepik.com