Les solutions en cas de problème de remboursement de crédit immobilier

Si vous rencontrez des difficultés à rembourser votre crédit immobilier et/ou des crédits à la consommation actuellement en cours, cela n’est pas une fatalité. Cette tension sur votre budget peut être liée à une perte de revenus (baisse de l’activité en étant indépendant, chômage partiel ou total) ou une dépense forte et imprévue qui vient plomber l’équilibre de vos comptes. Cette difficulté à rembourser un crédit peut être temporaire ou au contraire durable. Dans le second cas, elle est liée à la structure même de vos crédits et risque de vous faire basculer dans une situation de surendettement. Heureusement, il existe des solutions. Vous avez la possibilité d’aménager le remboursement de vos crédits. Quelles sont ses souplesses auxquelles vous avez le droit ? En voici une présentation complète.

Suspendre les échéances et les reporter

Lorsque vous ne parvenez pas à rembourser votre mensualité de crédit, pourquoi ne pas tout simplement la suspendre ! Effectuer une suspension du crédit revient à reporter les échéances pendant un ou plusieurs mois.

Cette possibilité doit être inscrite dans votre contrat de crédit immobilier. De nombreuses banques prévoient cette possibilité au sein de leurs offres de crédit immobilier et parlent de mensualités « modulables ». Mais attention, le report d’échéance est limité. Il ne peut avoir lieu qu’au bout de quelques temps, que pour une durée limitée à quelques mois (d’un à 12 mois selon les banques) et ne peut pas être sollicité sans explication.

Deux types de reports d’échéances sont accessibles :

  • Le report d’échéance simple, également appelé report d’échéance partiel. Il s’agit de la solution à privilégier pour faire face aux difficultés financières sans pour autant arrêter totalement le remboursement d’un crédit en cours. En effet, cette méthode partielle consiste à suspendre le remboursement du capital mais pas des intérêts. Vous continuez donc de rembourser une part – marginale – de votre crédit.
  • Le report d’échéance complet ou report d’échéance total est, lui, plus Il consiste à réaliser une suspension du remboursement du capital et des intérêts.

Il convient de manier avec précaution le report partiel ou le report total. Le report partiel est à privilégier. Il permet de maintenir le montant du capital restant dû pendant la suspension du remboursement. À l’inverse, un report total d’échéance génère des intérêts additionnels qui augmentent le coût total du remboursement.

A savoir : il ne faut pas confondre le report d’échéances et le différé de remboursement. Le report d’échéances consiste à suspendre le remboursement déjà engagé, et à le reporter dans le temps, ce qui décale d’autant la date de fin du crédit. En revanche, le différé de remboursement consiste lui à décaler la date de la première mensualité une fois l’offre de crédit signée. Une liberté qui permet, par exemple, de se constituer une trésorerie dans le cas d’un investissement locatif dont des travaux retarderaient la mise en location.

Moduler la mensualité du crédit

Il est parfois plus facile de ne pas se lancer dans un report d’échéances, mais de choisir une modulation de la mensualité. Cette option alternative consiste à diminuer vos mensualités, ce qui aura pour effet d’allonger la durée totale de votre prêt. Comme pour un report d’échéance, la possibilité de moduler votre crédit doit être inscrite dans le contrat dès l’origine.

Des limites doivent être respectées. Ainsi, vous ne pouvez pas moduler votre échéance comme bon vous semble. Dans la plupart des établissements bancaires, cette option vous laisse une tolérance allant de 10 à 30 %. De plus, il faut respecter une durée d’allongement maximum (souvent de 2 ans). En baissant le montant de vos mensualités, vous ne pourrez pas repousser indéfiniment la date de solde du crédit.

Sachez à propos de la modulation de crédit qu’il s’agit d’une option ne pouvant pas être utilisée dès la signature d’une offre. Il existe en effet un délai de mise en place, également variable selon les établissements. Il est parfois nécessaire d’attendre entre 12 à 24 mois avant de pouvoir utiliser cette facilité de paiement.

La modulation d’échéance est une solution moins coûteuse que le report pur et simple des mensualités. Outre le fait que le coût total soit maîtrisé, il s’agit également d’une réponse face à des difficultés financières durables. En cas de perte d’emploi par exemple, vous retrouverez un taux d’endettement cohérent avec vos revenus.

A savoir : Dans la plupart des contrats de prêt qui incluent la modulation, celle-ci prévoit aussi la modulation à la hausse. Cela signifie qu’en cas de futur plus confortable, vous pourrez rattraper cet allongement, voire engager un raccourcissement de la durée en poursuivant la modulation à la hausse.

Effectuer un regroupement de crédits

Ultime outil à votre disposition pour faire face à des difficultés de remboursement de crédit immobilier, le regroupement. Regrouper plusieurs crédits consiste à effectuer une consolidation de votre dette en combinant plusieurs prêts en cours.

Plusieurs crédits actuellement en cours de remboursement (crédit immobilier, crédit à la consommation, découverts bancaires, voire prêts familiaux) peuvent être combinés en une mensualité unique. Le montant global à verser chaque mois sera plus faible mais impliquera une durée totale de remboursement plus longue dans le temps.

Le regroupement de crédit ne s’adresse pas uniquement aux ménages en difficultés financières. Il s’agit d’une réponse face à une gestion financière devenue trop complexe et difficile à maîtriser, mais aussi d’un outil pour revoir son endettement et le rendre plus clair. Vous pouvez alléger vos mensualités et étaler sur une nouvelle durée vos crédits.

Si cette opération induit un coût total plus important, elle permet toutefois de retrouver un taux d’endettement après opération bien plus faible. Indispensable pour mener de nouveaux projets.

Surtout, avec des conditions bien négociées, il est possible de ramener le taux d’un ou de plusieurs crédits à la consommation en cours à un niveau bas, bien plus faible qu’au moment de la souscription. Le rachat de crédits et donc une étape avant un risque de difficultés avec son banquier, ou pire avant le surendettement, et une vraie solution de gestion face à un mal endettement.