Pas de Plan Marshall pour la fiscalité du Logement

photo-1472508249545-917598a8c985-1024x683-1024x683

Décidément, le Ministre de la Ville et du Logement est sous les feux de la rampe en ce moment. Mais il garde le cap… Pressé par la FNAIM, le 14 mai dans une réunion en visioconférence, d’envisager un véritable Big Bang de la fiscalité pour relancer le Logement, il a confirmé la stabilité des dispositifs fiscaux jusqu’à la fin du quinquennat. Il est vrai que c’était une demande forte des professionnels en début de mandat. Mais depuis, la crise sanitaire est passée par là. Que ce soit les Constructeurs et Promoteurs qui réclament le retour de l’APL Accession et le déplafonnement des niches fiscales, que ce soit les courtiers qui proposent d’élargir le Prêt à Taux Zéro et pestent après les critères restrictifs du HCSF, ou les agents immobiliers qui voudraient plus de flexibilité sur les dispositifs et sur la fiscalité des transactions, les idées fusent pour sauver ce qui peut être sauvé dans un secteur d’activité qui reflète traditionnellement la confiance et la consommation des ménages.

Tout au plus, Julien Denormandie a-t-il lâché qu’il souhaitait une territorialité plus forte des dispositifs sur les investissements locatifs pour mieux coller aux besoins des territoires. Une réponse bien maigre eu égard aux attentes de la chaîne du Logement, d’autant que parallèlement les acteurs de la Construction ne décolèrent pas sur le décret concernant les délais administratifs. La période est rude pour tout le monde….