La crise sanitaire accélère la mutation digitale des services …et des mentalités.

 

Closeup of business woman hand typing on laptop keyboard

“A toute chose, malheur est bon” dit le proverbe. La chaîne de production du Logement aura grippé à de nombreux endroits avec le confinement lié à la période d’urgence sanitaire. Chacun aura pu mesurer ainsi les avantages d’une solution dématérialisée, facilitant la poursuite, même ralentie, du traitement des projets.

  • Les Notaires ont dû autoriser de nouveaux acteurs à intervenir pour augmenter les capacités des études à s’équiper en moyens de validation à distance des actes. Rien n’est gagné, mais le chantier est désormais ouvert.
  • Les professionnels de l’Immobilier (agences , mandataires, constructeurs et promoteurs…) ont intensifié l’utilisation des outils de communication digitaux, les visites virtuelles, l’usage des logiciels en tous genres permettant au client de se projeter dans un bien, dont il était frustré de sa visite physique.
  • Les financeurs (courtiers et banquiers) ont équipé leurs équipes de terminaux informatiques portables, ont intensifié l’usage de la signature électronique, et les portails de dépôt de pièces justificatives.

Mais si les rendez vous se sont déroulés en visioconférences, dont l’usage a « explosé » durant ces semaines de distanciation sociale, cela a obligé aussi chacun à maintenir un contact plus régulier et plus structuré. Et si les clients ont maintenu à un niveau si élevé leurs intentions de reprendre leurs projets dès la fin du confinement, c’est aussi parce que le lien a été entretenu. Finalement, la technologie utilisée par la force des choses n’aurait elle pas permis de remettre l’humain encore plus au centre des préoccupations ?