Le paiement sans contact évolue et accélère

facebook-Linked_Image___13422-min

S’il y a bien un bénéficiaire de la période d’urgence sanitaire, c’est le dispositif du paiement sans contact, attaché aux smartphones ou aux cartes bancaires. Favorisé par l’absence de manipulation de billets mais aussi par l’absence de manipulation du support de paiement, mis en avant comme l’alternative au risque de pénurie de billets dans les distributeurs automatiques bancaires en début de confinement, l’usage du « sans contact » a explosé au cours de ces deux derniers mois.

Depuis le 11 mai, son plafond a été relevé de 30 à 50 € par achat. Cette évolution, programmée mais pour une échéance plus lointaine, devrait, au dire des autorités financières et des opérateurs en moyens de paiement, désormais pouvoir couvrir près de 80% des règlements d’achats courants. Une mesure qui vise, dans son intention première rappelons-le, à sécuriser aussi les commerçants puisque cela évite la circulation de fausse monnaie et découragera les agressions. Pour les banques c’est aussi une mesure supplémentaire visant à dématérialiser la monnaie, et ainsi réduire le coût de gestion des distributeurs de billets, chers à l’implantation, à l’entretien et au réapprovisionnement. Attention toutefois car il faudra un peu de temps avant que tous les terminaux des commerçants soient actualisés pour autoriser ce nouveau plafond. Enfin, seule contrainte à cette évolution très positive, le risque de piratage par contact de proximité. L’usage d’étuis protecteurs est recommandé, surtout pour les plus négligents d’entre nous….