L’Immobilier à Paris en 2020

facebook-Linked_Image___paris-4011990_1280

La bonne tenue du marché de l’Immobilier, notamment sur Paris, n’en finit pas de faire couler de l’encre. Montera encore ? Baissera enfin ?
Des nouveaux acteurs de la gestion des données n’hésitent pas à affirmer une baisse dès le début de l’année 2020 au prétexte du niveau atteint en 2019 par les prix des logements dans la capitale, et du léger fléchissement dans quelques arrondissements sur les ventes enregistrées sur les mois d’octobre et novembre derniers. S’il est vrai que les prix médians des 7ème, 12ème et 20ème arrondissements ont enregistrés une baisse entre 1 et 1,7%, cela reste anecdotique en regard à la hausse continue de ces trois dernières années. D’autant que ces quartiers font partie d’une liste de secteurs où la rénovation reste forte et on peut donc s’interroger sur la qualité des biens vendus. Et le même constat vaut aussi pour d’autres arrondissements dont les prix ont ralenti.

Autre élément mis en avant par ces acteurs : le flux migratoire sortant de résidents parisiens intra-muros jugeant les prix trop élevés. Ce serait effectivement un signe prédictif si la demande d’arrivants fléchissait. Or, la demande reste forte et, malgré la période de fin d’année toujours moins intense en transactions (surtout après une année aussi dense que 2019), Paris demeure une zone de forte attractivité, locale mais aussi étrangère.

Par ailleurs, si le prix au m² moyen sur le territoire de la capitale française a certes dépassé les 10.000 €/m² en 2019 (environ 10.300 € à fin novembre), il demeure acceptable par les investisseurs étrangers, en regard aux atouts de Paris et en prévision des Jeux Olympiques de 2024, et en comparaison avec d’autres villes mondiales prisées : Tokyo, Londres, New-York, Chicago, Berne. Par contre, Paris cumule une place en haut du podium à la fois en prix au m² de l’achat immobilier et dans le classement du coût de la vie. Seule ombre au tableau : l’enchainement de plusieurs mouvements sociaux depuis deux ans qui perturbe le commerce et le tourisme, et ternit l’image de la capitale. Du coup, 2020 devrait conforter les prix constatés mais le mouvement devrait décélérer doucement, surtout si les taux demeurent accommodants.

A lire aussi :
⇒ SeLoger crée son baromètre des loyers
⇒ L’encadrement des loyers à Paris sera lancé dès le 1er juillet