La Convention AERAS assouplie pour les cancers féminins du sein

facebook-In-Stream_Square___october-pink-1718025_1280

Comme quoi usagers et professionnels peuvent travailler utilement à l’évolution positive des choses !

La Convention AERAS (S’Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé), qui fêtera ses 13 ans en janvier 2020 a fait l’objet de deux importantes avancées en juillet dernier lors de la signature de la convention 2019 par les ministres de tutelle concernés. Il s’agit notamment les dispositions prévues à l’article 190 de la loi n°2016-41 du 26 janvier 2016 de modernisation de notre système de santé, c’est-à-dire l’abaissement du nombre d’années à partir duquel le droit à l’oubli bénéficie à une personne qui a été atteinte par une pathologie cancéreuse à l’âge adulte (10 ans au lieu de 15 ans à compter de la fin du protocole thérapeutique). Ce délai est même ramené à 7 ans pour les cancers du sein infiltrant, et ce sans surprime et sans exclusion. Cela touche aussi l’augmentation de l’âge (18 ans au lieu de 15 ans) avant lequel le cancer doit être diagnostiqué pour bénéficier du droit à l’oubli au bout de 5 ans après la fin du protocole thérapeutique.

L’association Rose Up, très impliquée dans la défense des droits des femmes atteintes d’un cancer, veut aller encore plus loin en ramenant le délai à 5 ans.