Le label RGE en plein capharnaüm

facebook-Linked_Image___work-3480187_960_720

Fustigé par Bruxelles au prétexte d’une distorsion de concurrence entre entreprises du Bâtiment, déjà mis en cause dans un rapport du CGED au printemps 2018, le label RGE (Reconnu Garant de l’Environnement) est l’objet d’une grosse pagaille entre les Pouvoirs Publics et les différents organes représentatifs des professionnels du Bâtiment. Architectes, syndicats des professionnels du Bâtiment (dont la CAPEB), organismes de Logements Sociaux… tout le monde y va de son couplet sur les pistes d’évolution.

On navigue ainsi entre un renforcement des contrôles, un durcissement de l’obtention du label, un allégement des cahiers des charges en contrepartie d’un durcissement des sanctions. Rappelons que ce label est destiné à protéger les consommateurs dans l’efficacité des travaux qu’ils font réaliser dans leur logement. La France a jusque fin Juin pour répondre et se mettre en conformité vis-à-vis de la Commission Européenne, mais plus pratiquement les ménages qui souhaitent réaliser des travaux ont tout intérêt à se faire expliquer par le professionnel les détails des travaux entrepris.