Êtes-vous frileux à l’idée d’acheter votre logement ? Vous ne devriez pas !

achat-maison

Selon une enquête TNS Sofres commandée par la Fédération bancaire française (FBF), les français ne sont pas très optimistes en matière de crédit immobilier et les intentions de souscription sont en baisse. Les difficultés de remboursement des crédits en cours semblent refroidir de nombreux candidats à l’achat. Paradoxal car les taux des crédits sont au plus bas et les conditions sont favorables pour de nombreux ménages. Ce constat de frilosité peut-il impacter la production de crédits ? Avec quelles conséquences sur le marché et son dynamisme ? Regardons cette « peur » de certains ménages et les réponses qu’il est possible d’y apporter.

 

Un pouvoir d’achat immobilier en recul

 

45,7% des ménages ont le sentiment d’une détérioration de leur situation financière, selon les chiffres d’une étude TNS*. Une situation paradoxale. « Alors que les conditions de crédit sont excellentes et que la restructuration de la dette immobilière des ménages intervenue depuis plusieurs années a contribué à en alléger le coût, l’appréciation que les ménages portent sur le poids de leurs charges de remboursement s’est dégradée en 2018 pour rejoindre la moyenne de ces dix dernières années » expliquent les auteurs de l’étude. Déjà en novembre 2018, les chiffres de l’Observatoire des Crédits aux Ménages** évoquaient 41,7% de ménages détenant des crédits exprimant le sentiment d’une détérioration de leur situation financière.

Pourtant, les conditions d’emprunt sont favorables, notamment avec des taux bas, mais les prix élevés affichés dans certaines villes et l’effort nécessaire pour devenir acquéreur refroidissent de nombreux candidats. Il faut en effet rappeler que la réduction des aides publiques aux primo-accédants, notamment, ne favorise pas la solvabilité des acquéreurs potentiels.

Même si les banques ont largement fait preuve de souplesse pour accompagner des acheteurs, même sans aucun apport personnel, la montée des prix est parfois difficile à compenser. Il n’est pas rare de voir dans certains établissements bancaires des durées de remboursement s’allonger à 25, 30 voire même 35 ans. La durée des crédits a atteint 223 mois en moyenne au troisième trimestre 2018, avec une augmentation de 6 mois sur l’année 2018.

 

Le moment idéal pour acheter ?

 

Lorsque les ménages sont inquiets pour leur avenir, ils ont alors une vision très froide et pessimiste de leur budget, et ont le sentiment d’une contrainte budgétaire qui se resserre. En conséquence, ils diffèrent leurs projets d’achat immobilier. Voilà pourquoi la vision d’une situation financière dégradée s’accompagne d’une tendance à la baisse du volume de transactions, notamment dans le Neuf pour des raisons de limitation des aides publiques. Frileux à l’idée d’acheter, les Français prennent leur temps et décalent leurs projets… alors que les conditions du marché semblent pourtant propices ! Et si le moment d’acheter était venu, contrairement à la réserve que semblent manifester beaucoup de ménages ?

Plusieurs avantages concrets sont à noter actuellement. Acheter en ce début d’année 2019 est une bonne opportunité :

Il est aujourd’hui possible de financer un achat immobilier sans apport personnel. Parce que les banques veulent élargir leur base de clients et rendre l’accès à la propriété plus simple, il n’est plus obligatoire d’avoir à minima le montant couvrant frais de notaire et frais d’agence. Les opérations avec un apport personnel nul se multiplient, ce qui permet à des ménages d’acheter sans fragiliser leur épargne !

La hausse des prix de l’immobilier n’est pas généralisée. Elle touche certaines communes – et notamment les plus grandes métropoles – mais il est possible de trouver des prix stables voire en recul sur plusieurs années dans certaines localités. Quand les prix sont stables et les taux d’intérêt sont eux au plus bas, c’est le moment d’acheter !

Au-delà de l’achat d’un bien immobilier, c’est en tant que propriétaire qu’il faut s’imaginer. Et de ce côté, les aides et autres dispositifs favorables se multiplient. La prolongation du crédit d’impôt en faveur de la transition énergétique (CITE) ou encore la reconduction de l’éco-PTZ permettent d’effectuer des travaux en ayant un coup de pouce fiscal ou un prêt sans intérêt. De plus, la baisse de la taxe d’habitation allège la fiscalité de certains ménages, et concerne à la fois locataires et propriétaires… ce qui peut en convaincre certains de passer le cap et d’acheter !

Malgré un pouvoir d’achat immobilier perçu comme en recul, l’accession à la propriété est actuellement facilitée par les organismes de crédit et des taux historiquement bas. Il faut en complément rappeler que pour faire face à des mensualités qui s’avèrent trop fortes à l’usage, les emprunteurs disposent de solutions : moduler la mensualité à la baisse lorsque cela est nécessaire, mettre en pause le crédit ou encore renégocier la partie assurance de prêt annuellement.

En cumulant les nombreux points positifs qui entourent le crédit immobilier en 2019, un achat est peut-être opportun dans votre commune ou dans une ville que vous ciblez pour développer votre patrimoine. Prenez le temps d’y réfléchir, et passez outre cette « frilosité » qui ne doit pas vous empêcher de réaliser votre projet.

 

 

*31ème édition de l’Observatoire des Crédits aux Ménages : http://www.fbf.fr/

**http://www.fbf.fr/