Le Marché du Neuf marque des signes d’essoufflement

On a beau se répéter que l’année 2017 a été exceptionnelle sur beaucoup de sujets, on est forcément dubitatif lorsque les chiffres de début 2018 font ressortir des tendances moins heureuses. Il en va ainsi du Marché du Logement du Neuf, qui a connu une baisse de ses réservations depuis fin 2017 de l’ordre de 10,2% selon la FPI (Fédération des Promoteurs Immobiliers).

Les chiffres du 1er trimestre 2018 donnent plus d’indications quant aux facteurs de la baisse. Ce sont les acquéreurs occupants qui ont boudé le Neuf avec une baisse à période comparable de 11,4% (12.295 réservations), sans aucun doute en relation avec la révision des conditions d’octroi du PTZ dans les secteurs distendus, la réforme des APL mais aussi la hausse des prix.

Côtés investisseurs, la baisse est de 7,4% dans un marché qui restait jusqu’ici porteur. La grosse chute provient des ventes en blocs pour les organismes sociaux, et notamment les HLM, dont les négociations sur leur réforme ont visiblement stoppé net (-19,3%), tandis que ces acteurs avaient dopé le marché en 2017.

S’agissant des ventes, l’évolution est moins chahutée puisqu’avec 24.500 logements vendus, le 1er trimestre 2018 est en baisse de 10% sur le même trimestre 2017, notamment du fait des grandes agglomérations (Lyon, IDF…), mais sur 12 mois glissants la tendance reste positive à + 4,4%.

Les prix, de leur côté, ont continué de grimper (+1,8% en moyenne) mais avec de fortes disparités locales et un secteur IDF à +0,3% qui avait enregistré des hausses en 2017.