La réglementation RGE remise en cause

Issu du Grenelle de l’Environnement, le label RGE (Reconnu Garant de l’Environnement) s’impose aux entreprises du Bâtiment d’une part pour réaliser certains travaux, mais est censé apporter une garantie de fiabilité et de qualité aux clients commanditaires de constructions ou de travaux réalisés sur leurs logements.

D’ailleurs, l’accès à des aides (ANAH), à des déductions fiscales, ou à des prêts réglementés (Eco PTZ notamment) n’est possible que si vous recourez à des entreprises labellisées. Or, le rapport du CGEDD publié tout récemment met en avant la faiblesse de son application. Les diagnostics globaux sont rares, inadaptés aux attentes des consommateurs et aux capacités des entreprises, et surtout des petites structures.

D’autre part, le contrôle de l’application du Label est très faible. Enfin, la mesure de l’efficacité est complexe, rare, et ne permet pas de valider l’impact sur l’activité des entreprises de Bâtiment. Les associations de consommateurs qui avaient déjà soulevé ces sujets depuis plusieurs mois semblent avoir été entendues, et une commission va donc travailler à une refonte en profondeur des dispositifs de formation, de contrôle et de mesure d’efficacité normative.

Si vous avez des travaux importants à réaliser, pensez toutefois à vérifier que l’entreprise choisie dispose bien du Label. A défaut d’efficacité, ce sera pour vous la meilleure façon d’éviter un rejet de votre demande d’aide ou d’avantage fiscal