IMMOBILIER : CE QUE PROPOSENT LES DEUX CANDIDATS DU SECOND TOUR

Dimanche dernier, le premier tour de la présidentielle 2012 désignait deux challengers pour la présidence de la république française. Voici un résumé pour y voir clair dans le programme de Nicolas Sarkozy et dans celui de François Hollande sur les sujets du logement et de l’immobilier.

François Hollande : Le candidat socialiste présente un programme qui fait la part belle à la construction et au logement social, avec notamment :

  • La mise en place d’un « encadrement des loyers lors de la première location ou à la relocation ». Cette mesure s’appliquerait dans les « zones où les prix sont excessifs ».


  • La construction de 2,5 millions de logements intermédiaires, dont 150 000 logements « très sociaux », grâce à la mise en place du « doublement du plafond du Livret A ».

  • Le renforcement de la loi Solidarité et Renouvellement Urbain (SRU), en « multipliant par cinq les sanctions qui pèsent sur les communes refusant d’accueillir les ménages aux revenus modestes et moyens »

  • L’imposition de la « règle des trois tiers bâtis » : un tiers de logements sociaux locatifs à loyer modéré, un tiers de logements en accession sociale et un tiers de logements libres.

  • Pour finir, le programme socialiste prévoit de céder aux collectivités locales des terrains appartenant à l’Etat, afin de générer des constructions de logements dans les 5 ans à venir.



Nicolas Sarkozy : Le programme du président-candidat Nicolas Sarkozy avait été présenté devant la Fédération Française du Bâtiment (FFB), lors de la réunion du mardi 17 avril 2012. En voici, les grandes lignes :

  • L’augmentation de 30% des droits à construire dans les trois prochaines années, cela afin « d’augmenter l’offre de logements et de faire ainsi baisser les prix ».

  • La division par deux des droits de mutation sur les résidences principales dans les 5 prochaines années.

  • La suppression de « l’obligation de caution et de dépôt de garantie» dans la location, tout en garantissant aux bailleurs une protection « contre les risques d’impayés de loyers ».

  • Le lancement d’un deuxième plan de rénovation urbaine, assorti d’un budget programmé de 18 milliards d’euros.

  • Le renforcement de l’action menée contre « les niches fiscales qui entretiennent la bulle spéculative ».

  • Enfin, Nicolas Sarkozy s’est également déclaré favorable à une mesure avancée par son challenger : A savoir, l’encadrement des loyers à la relocation, « sous réserve qu’il ne s’agisse pas de bloquer les loyers ».