Les tendances actuelles du financement immobilier

Recours au Plan d’Epargne Logement (PEL), apport personnel plus important, intervention du courtier en crédits de plus en plus fréquente,… les modes de financement d’une acquisition immobilière ont évolué ces dernières années.

Un apport personnel qui augmente.

Une enquête du journal « De Particulier à Particulier»* établit un panorama des nouveaux types de financement immobilier. Elle montre notamment que les acquéreurs sans apport personnel sont de moins en moins nombreux : 21 % en 2007 contre seulement 8 % en 2009. À l’inverse, la part des acquéreurs dont l’apport personnel représente plus de 60% du financement augmente significativement, passant de 17 % en 2007 à 23 % en 2009.

Un recours au PEL plus fréquent.

La majorité des candidats à l’achat ont placé leurs économies dans un PEL (58 % en 2009, 55 % en 2007). Désormais, plus de la moitié des acquéreurs potentiels (52 %) qui ont souscrit un Plan d’Epargne Logement pensent avoir recours à l’emprunt correspondant, alors qu’ils n’étaient que 26 % en 2007. A cette époque, l’obtention d’un crédit à bas coût était facile et il pouvait être plus intéressant de conserver son plan d’épargne sans l’utiliser pour un crédit. Aujourd’hui, l’accès au crédit étant plus difficile, les acquéreurs détenteurs d’un Plan d’Epargne Logement ont tendance à utiliser cette réserve pour financer leur bien.

Les montants d’emprunts s’élèvent, des durées diminuent.

Une majorité de futurs accédants (52 %) envisage d’acheter un bien d’un montant supérieur à 200.000 euros, contre seulement 43 % il y a deux ans. Et 14 % de ceux-ci envisagent d’acquérir un bien de plus de 400.000 euros, contre 10 % il y a deux ans. Les très longues durées de crédit sont passées de mode. En 2007, 45 % des emprunteurs souhaitaient souscrire un emprunt sur plus de vingt ans ; ils ne sont plus que 31 % cette année. Prévoyant un éventuel futur déménagement (46 % des futurs accédants souhaitent conserver leur logement moins de quinze ans), les candidats à l’achat souhaitent limiter leur endettement, même s’ils sont contraints pour cela d’augmenter leur apport personnel.

Le recours aux courtiers en crédits de plus en plus fréquent

Faire appel à un courtier, tel qu’In&fi Crédits, permet notamment d’accéder aux meilleures offres des banques en un seul rendez-vous. 1er réseau de franchisés Intermédiaires en Opérations de Banques (IOB), avec plus de 120 agences sur tout le territoire français, les courtiers en crédits In&Fi bénéficient d’une capacité de négociation unique qui résulte des volumes traités. Un avantage exclusif dont profitent les futurs acquéreurs.

(1) : L’enquête habitat 2009 du journal ” De particulier à particulier” a été réalisée du 23 mai au 27 juillet 2009, sur un échantillon de 5 654 lecteurs.