Crédit immobilier : Tout savoir sur le Prêt in Fine

Particulièrement indiqué dans le cadre de l’investissement locatif, le Prêt In Fine est un crédit immobilier par lequel on rembourse les intérêts avant le capital en une seule échéance au terme de l’emprunt. Quelles sont ses modalités ? A qui s’adresse-t-il ? Quels sont ses avantages et ses inconvénients ? Pour vous, In&Fi fait le tour du sujet.

Qu’est ce que le Prêt In Fine ?

Le Prêt In Fine est un crédit immobilier dont l’emprunteur rembourse d’abord les intérêts. Le capital est remboursé en une seule échéance lorsque le crédit arrive à son terme. Généralement adossé à un produit d’épargne, le Prêt In Fine permet d’épargner le montant nécessaire au capital pendant la durée du crédit. Idéalement égale à 10 ans, cette durée du Prêt In Fine varie de 5 à 15 ans.

A qui s’adresse le Prêt In Fine ?

Le Prêt In Fine s’adresse plus particulièrement aux investisseurs locatifs. Pendant toute la durée du prêt, ils ne remboursent que les intérêts et ils peuvent ainsi bénéficier des dispositions fiscales sur les revenus fonciers (sous certaines conditions et dans des limites fixées chaque année).

Quels sont les avantages du Prêt In Fine ?

Les échéances mensuelles à rembourser sont moins élevées que pour un prêt classique, puisqu’il ne s’agit que des intérêts en l’absence de tout amortissement du capital. L’emprunteur peut déduire de ses revenus locatifs les intérêts de son crédit immobilier. C’est un avantage fiscal intéressant pour les personnes qui sont fortement imposées (plus de 40%) et qui perçoivent déjà des revenus fonciers.

Et du côté des inconvénients ?

En premier lieu, le coût du Prêt In Fine est plus important que celui d’un crédit classique. Par ailleurs, le capital ne sera pas amorti pendant le remboursement du prêt. Il convient donc d’y associer une épargne s’y rapportant. Or si l’investisseur ne dispose pas du capital en épargne, il lui faudra le constituer pendant la durée de vie du crédit.

Les conseillers In&Fi Crédits privilégient ce type de prêt lorsque le montant des intérêts du Prêt In Fine est en cohérence avec les loyers encaissés sur l’ensemble du patrimoine foncier locatif. Dans ces conditions, l’opération est plus rentable fiscalement.