Quel avenir pour l’Eco PTZ ?

Lors des 4èmes journées de la construction de la Capeb (Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment), organisées au mois d’avril, le secrétaire d’Etat au Logement, Benoist Apparu, revenait sur les mesures prises à propos de la TVA à 5,5% pour la rénovation. A cette occasion, il a également décrit ce qui était prévu pour l’avenir de l’éco-prêt à taux zéro.

Maintien de la TVA à taux réduit

Malgré les recommandations de la cour des comptes, de nombreux professionnels argumentaient en faveur du maintien d’une TVA à taux réduite appliquée sur les travaux de rénovation. A l’occasion des Journées de la construction organisées à Lyon, Benoist Apparu a confirmé qu’il partageait leur opinion : « Je peux vous assurer de mon soutien à la TVA à 5,5% sur la rénovation », a-t-il annoncé avant de préciser que « le taux réduit de la TVA est un des socles de notre politique pour l’amélioration de l’habitat existant ».

Un Eco-PTZ qui sera simplifié

Depuis sa création, l’éco-prêt à taux zéro enregistre des résultats décevants, avec seulement 150.000 rénovations financées, à comparer aux 400 000 attendues. Benoist Apparu a donc rappelé qu’il était nécessaire de faire évoluer ce dispositif tout en le simplifiant. Souhaitant assumer également le rôle de l’Etat dans cet échec relatif, il a déclaré: « Sur l’éco-prêt à taux zéro, ce ne sont pas les banques qui posent problème, c’est nous qui avons mal construit un produit. Ne rejetons pas une responsabilité sur les banques, la responsabilité c’est plutôt la nôtre d’avoir fait un produit trop compliqué ».

Evoquant les pistes d’évolution, le secrétaire d’état au logement a annoncé une probable fusion de l’éco-prêt à taux zéro avec le crédit d’impôt Développement Durable pour simplifier le financement des rénovations écologiques.