Polémique au sujet de la convention AERAS

Par le biais d’une étude qu’elle a réalisée auprès de 625 agences bancaires et de 50 personnes concernées, l’association de consommateurs UFC-Que Chosir dénonce les engagements restés “théoriques” des banques et des assureurs concernant l’application de la convention AERAS. Entrée en vigueur en janvier 2007, cette convention vise à améliorer l’accès à l’assurance et au crédit pour les personnes présentant un risque aggravé de santé. L’association met en avant une quasi-absence d’information dans les agences bancaires, le non respect de la confidentialité des données portant sur l’état de santé des personnes, les situations d’urgence auxquelles sont confrontés les candidats à l’emprunt qui se trouvent dans la nécessité de trouver une assurance individuelle et enfin le coût financier des surprimes d’assurances en contrepartie de garanties souvent limitées. La situation est vue d’un tout autre angle par la Fédération bancaire française. Celle-ci indique aujourd’hui, dans un communiqué, que “la convention AERAS a marqué de réelles avancées”. Elle rappelle les dispositifs d’information mis en place par les banques (400 référents chargés de répondre aux questions des particuliers, serveur vocal, 1 million de mini-guides diffusés, etc.) et indique que 7 200 dossiers ont été reçus en 2007 par un pool dédié aux risques aggravés, soit autant qu’entre 2001 et 2006.