Prix de l’immobilier : difficile d’y voir clair…

De nombreux articles de presse affirment donner les clés des tendances, à la hausse ou à la baisse, des prix de l’immobilier. Il est vrai que le sujet est particulièrement sensible, et que la conjoncture récente donne lieu à des interprétations très diverses. Si certains évoquent une baisse probable des prix, d’autres experts annoncent avec la même conviction une stagnation, une même une hausse modérée. Plus probablement, tous ces mouvements  sont susceptibles de se produire effectivement, à des degrés variables, mais avant tout en fonction des régions. Mais sait-on en réalité d’où viennent les chiffres, et si ces données sont fiables ? Un sénateur a, récemment, interpelé la Ministre de l’Economie, Madame Christine Lagarde sur cette question. La Chambre des Notaires et l’Insee publient un indice qui couvre plus de 65% des transactions dans l’immobilier ancien, mais avec plusieurs mois de décalage avec le marché réel. D’autres organismes, comme le syndicat professionnel FNAIM, délivrent plus rapidement des études chiffrées, mais ces dernières ne couvrent que 18% des ventes. Les ssrvices fiscaux concernés, qui sont certainement les seuls à détenir en temps réel une information complète, n’ont pas encore la possibilité technique de diffuser leurs statistiques. Le Ministère du Logement travaille en ce moment à la mise en place d’une solution informatique qui permettrait une mise à disposition de ces chiffres au profit, notamment des organisations professionnelles concernées.