Pouvoir d’achat : l’euro responsable de tous les maux

Pour 57 % des Français, le passage à l’euro est le premier responsable de la baisse du pouvoir d’achat perçue ces dernières années, selon un sondage TNS-Sofres réalisé mi-janvier pour le compte de l’association "Lire la Politique". La stagnation des salaires arrive loin derrière avec 16 % des réponses, puis l’augmentation des prix des produits pétroliers (12 %). Parmi les mesures proposées par le gouvernement, 66 % des personnes interrogées estiment que le développement de l’intéressement des salariés dans les entreprises peut avoir un effet plutôt positif sur le pouvoir d’achat, devant l’encadrement de l’augmentation des loyers (62 %). Enfin, 89 % des sondés estiment que la diminution des taxes sur les carburants pourrait avoir un impact plutôt positif sur le pouvoir d’achat, devant la diminution de la TVA (85 %) et l’augmentation du Smic et des minima sociaux (84%).