In&Fi anticipe le retour des prêts relais

Avec une petite reprise anticipée de la confiance, nous constatons un retour progressif des acquéreurs. Ainsi, sur le premier semestre, à périmètre constant, le réseau In&Fi crédits mesure un volume de crédits en hausse de près de 19%. Dans ce cadre, quid de la solution du prêt relais ?

Pourquoi le prêt relais ?

Sur le terrain, malgré la baisse des prix, l’offre de biens de qualité reste très réduite et, comme toujours, les meilleurs produits ne restent pas longtemps sur le marché.

Dès lors, pour ne pas perdre une bonne opportunité, les acquéreurs propriétaires de leur logement sont plus nombreux à s’engager dans l’achat avant d’avoir préalablement vendu. Pour réussir cette opération, en limitant le traumatisme de l’importance financière né de la nécessité d’une vente la plus rapide possible, le recours au prêt relais est une bonne solution.

Cette formule de crédit court terme, d’une durée de 12 à 24 mois, permet au vendeur d’avoir du temps pour optimiser sa vente sans être contraint d’accepter une offre sous-évaluée. En outre, cette technique de financement évite le remboursement simultané du crédit de la résidence en vente et le crédit de la nouvelle acquisition.

Une bonne nouvelle, les taux sont toujours très bas et il en est de même pour les taux d’intérêts des prêts relais. Actuellement, ils évoluent entre 2 et 2.60% suivant le dossier.

Bien entendu, un emprunteur ne paie des intérêts que pour la durée d’emploi. Ainsi, pour un prêt de 180 000 € à 2.30 % utilisé pendant 8 mois, le montant des intérêts est de 2 760 euros.

Obtenir cette catégorie de prêt nécessite la mise en œuvre d’un montage financier particulier. Pour le réussir, il est indispensable d’en maitriser les conditions préalablement à toute décision :

En effet, l’élément primordial, c’est bien évidemment la détermination du montant du prêt relais. Pour cela, la banque s’appuie toujours sur l’avis d’un expert immobilier qui estime la valeur vénale du bien mis en vente.

Il est très important de savoir que la banque reste toujours sécuritaire et prudentielle. Aussi, le montant d’un crédit relais n’est jamais de 100% de la valeur du bien mais varie dans une fourchette de 50 à 80% du prix évalué. L’importance de cette fourchette rend impérative une étude préalable avant toute décision d’achat; au risque d’être dans l’impossibilité de réaliser le financement de la nouvelle acquisition.

Sur le plan pratique, il y a deux grandes catégories de prêts relais :

1) Le prêt relais sec

 Le prix de votre vente de votre bien est supérieur au prix d’achat de votre nouvelle acquisition. Généralement, les intérêts sont payés mensuellement sans amortissement du capital. Il est possible d’obtenir une franchise totale et dans ce cas, ils seront payés avec le capital lors de la vente.

2) Le prêt relais accompagné d’un financement complémentaire amortissable

 Votre acquisition nécessite une somme supérieure à la valeur du bien mis en vente. Pour financer l’acquisition de votre nouveau bien, la banque mettra en place deux prêts :

  • Un prêt relais où les intérêts sont payés mensuellement ou, dans le cas d’une franchise totale reportée et payée au moment de la vente. Quelle que soit l’option retenue, il n’y a pas d’amortissement du capital. Le prêt sera soldé par prélèvement sur la recette de la vente du bien actuel.
  • Un prêt complémentaire amortissable classique qui finalise votre besoin de financement. L’emprunteur paie chaque mois le remboursement des intérêts, l’amortissement du capital et les primes d’assurance de prêt.

 

Pour mettre les meilleurs atouts de votre côté, nous recommandons de recourir aux services d’un courtier en crédits dont les services ne vous seront facturés que si et seulement si le crédit est obtenu et débloqué.

 

Par Pascal Beuvelet, Président d’In&Fi Crédits