Qu’est-ce qu’un crédit in-fine ?

Le prêt in-fine est conçu pour optimiser les déductions fiscales des personnes souhaitant principalement réaliser des investissements locatifs, ou dans une moindre mesure, acquérir une résidence secondaire. Sa caractéristique principale: le remboursement de la totalité du capital ne s’effectue que sur la dernière échéance, les autres échéances ne servant qu’à payer les intérêts et les assurances.

Le principe du prêt in-fine est simple

Du latin In-fine, signifiant à la fin, ce prêt particulier permet de garder intact le capital emprunté jusqu’au terme du crédit et de bénéficier d’un crédit d’impôt avantageux du fait des mensualités constituées des intérêts. Cette formule est donc intéressante pour les personnes fortement imposées (40% et +) et qui perçoivent déjà des revenus fonciers. Il sera souvent utilisé par les investisseurs locatifs qui peuvent ainsi réduire le montant de leurs impôts de manière conséquente et réduire ainsi le coût total de leur investissement.

Dans la majorité des cas, pour solder le capital, l’emprunteur doit constituer une épargne sur un produit de placement associé, prévu pour accompagner le crédit in-fine. Le plus souvent, le placement utilisé sera une assurance-vie dont le nantissement est effectué au profit de la banque. Ce support permettra de reconstituer 100 % du capital emprunté et offrira une garantie réelle à la banque prêteuse. Elle s’assure ainsi que l’épargne sera bien utilisée pour le remboursement du capital et que le support d’épargne est de qualité suffisante.

Quelle durée, quel montant, quelles garanties ?

Le crédit à taux fixe avec remboursement du capital in fine est accordé pour une valeur minimum de 21 500 € et sans montant maximum. Il peut être souscrit sur une période qui peut varier de 3 à 15 ans. De plus, le prêteur exigera souvent des garanties parmi lesquelles la souscription d’une assurance invalidité-décès. Cette assurance couvre à la fois les mensualités et le capital emprunté. Elle présente de nombreux avantages également pour les héritiers. Si l’emprunteur décède au cours du prêt, son assurance décès remboursera la banque et ses héritiers recevront un logement totalement payé accompagné d’une assurance-vie qui bénéficie du régime de transmission hors succession.