Coût du crédit : les différents points à évaluer

Avec des taux fixe à 2,40 %* sur quinze ans et 2,67 %* sur vingt ans, le contexte actuel reste très favorable aux emprunteurs. Cependant, ces conditions ne doivent pas faire oublier que d’autres composantes entrent en ligne de compte pour évaluer et négocier le coût total de votre crédit.

Qu’appelle-t-on le coût total d’un crédit ? Le coût total d’un crédit est égal à la somme de toutes vos mensualités (plus les frais fixes) moins le montant du capital emprunté. C’est à dire qu’il correspond à l’ensemble des charges que vous aurez à régler sur la durée de votre crédit : aux intérêts calculés à partir du taux nominal d’un crédit s’ajoutent les frais d’assurance, les frais de dossier et les frais de garantie.

Les intérêts du crédit : les intérêts constituent la plus grande partie du prix du crédit. Ce coût est un pourcentage appliqué à la somme empruntée. Ils sont calculés à partir d’un taux d’intérêt, appelé aussi taux nominal. Actuellement, ces taux sont historiquement bas et très avantageux, cependant il est toujours possible de les négocier à la baisse. D’où l’intérêt de faire jouer la concurrence entre les banques grâce aux conseils avisés d’un courtier en crédits.

Les frais d’assurance : une assurance Décès et Invalidité sera en général demandée par votre banque. Dans la plupart des cas, vous devrez également souscrire une assurance perte d’emploi. Si le risque couvert se réalise, l’assurance prend en charge à votre place le remboursement de tout ou partie des échéances selon les termes de votre contrat. A garanties égales, vous pouvez choisir votre assurance indépendamment de l’assurance groupe proposée par la banque. Ne souscrivez pas les yeux fermés. Dans la plupart des cas, les moins de 35 ans ont intérêt à ne pas souscrire au contrat de leur banque, dont les tarifs varient entre 0,35 % à 0,50 % du capital emprunté. Certains emprunteurs obtiennent jusqu’à 60 % d’économie sur la prime auprès d’un assureur concurrent.

Les frais de dossier : ils tournent autour de 1 % du capital emprunté, tout en étant généralement plafonnés entre 900 et 1 200 euros. Pensez aussi à négocier ces frais de dossier. Quel que soit le banquier ou le courtier en crédits avec qui vous négociez, vous avez la possibilité de demander un rabais sur ces frais.

Les garanties : afin de vous assurer de pouvoir rembourser votre crédit en cas de problème, la banque vous demandera des garanties. Leur mise en place peut générer des frais variables selon la nature de la garantie. Dans le cas de l’hypothèque par exemple, le recours au notaire sera nécessaire, avec des frais supplémentaires variables selon le montant de l’opération. Si c’est une société de caution qui se porte garante pour vous, elle demandera une commission et une participation (en partie restituée à la fin du crédit.) L’avantage du cautionnement par rapport à l’hypothèque? Il ne nécessite pas de main levée d’hypothèque en cas de vente prématurée, une opération dont le montant peut parfois s’élever à plus de 800 euros.

Notre conseil : en plus de vous permettre de bien négocier le taux de votre crédit, les courtiers In&FI Crédits vous aideront à réduire la facture sur les autres postes. Ils veilleront également à vous prémunir en négociant pour vous des points de souplesse indispensables, comme le report ou la modulation d’échéance (en cas de dépense imprévue), et aussi les conditions prévues en cas de remboursement anticipé.

 

*meilleurs taux de prêts immobiliers hors assurance proposés par nos banques partenaires avant négociation.