Quelles conditions pour une rénégociation de crédit gagnante ?

Dans un contexte de baisse des taux, il peut être tentant pour les emprunteurs qui ont acheté un logement de mener une renégociation de prêts afin de profiter de conditions plus avantageuses. Quelles sont les prérequis pour que cette opération soit gagnante ?

Généralement, une renégociation de crédit est rentable lorsque l’écart de taux entre le crédit en cours et celui qui peut être obtenu dépasse 1%, voire 0,7 points si la durée du crédit est supérieure à 20 ans.

Contrairement à une idée reçue, les crédits souscrits récemment peuvent être renégociés avec avantage. Plus le crédit est récent et plus la part des intérêts dans les mensualités de remboursement est importante. Ces mensualités sont généralement composées à 60 % d’intérêts lors des premières années du prêt. L’emprunteur a donc potentiellement plus d’économies à réaliser en début de période. Attention cependant: il faut éviter de mener une renégociation de crédits lors de la première année, car les frais de remboursement du crédit précédent peuvent venir effacer l’économie qui serait générée.

En effet, d’autres éléments que le seul taux des crédits doivent être pris en compte. Lors d’un rachat de prêt immobilier, l’emprunteur devra payer, en plus des frais de dossiers, des pénalités pour remboursement anticipé qui s’élèvent à 3 % du capital restant dû, plafonné à 6 mois d’intérêts. En moyenne, ces pénalités s’élèvent à 3 000 euros pour un emprunt de 200 000 euros.

Cela étant, le niveau des taux actuels permet de belles économies. Par exemple, un emprunteur qui aurait souscrit sur 20 ans un prêt de 200 000 euros en Janvier 2010 quand les taux étaient aux alentours de 4%, pourrait potentiellement économiser près de 10 252 euros avec un crédit au taux actuel de 3%. Si son précédent crédit date de juin 2011, quand les taux étaient à 4,3%, la somme qu’il économiserait serait de 18 160 euros.