Package crédits + assurance : une économie de 30 à 50% avec In&Fi Crédits !

Depuis juillet 2010, en vertu à la loi Lagarde, tout souscripteur d’un prêt immobilier est censé pouvoir choisir librement son contrat d’assurance de prêt. Cette disposition législative avait pour but de créer une libre concurrence entre la proposition du contrat groupe des banques et les contrats individuels proposés directement par les assurances et les courtiers. Dans la réalité, cette ouverture d’un marché libre qui bénéficierait directement aux consommateurs est en échec.

L’assurance emprunteur est un produit très rémunérateur. Aussi, la possibilité de libre choix accessible aux consommateurs met-elle directement en cause le quasi privilège de distribution des banques. Selon UFC Que Choisir, 85% des assurances de prêt immobilier sont souscrites auprès de la banque prêteuse, une proportion que la loi Lagarde n’a pas réussi à diminuer ! Soucieuse de leurs équilibres financiers, les banques ont, très logiquement, mis en œuvre des moyens « pare feu » pour conserver cette manne financière. Il faut dire que l’enjeu est de taille.

Selon les calculs du cabinet BAO Conseil, “en moyenne, les emprunteurs paient 480 euros d’assurance par an, si la marge était nulle, ils ne paieraient plus que 240 euros”. Il s’agit donc d’une profitabilité de près de 50% qui bénéficie à 90% non pas aux assureurs qui conçoivent le produit, mais aux établissements de crédits qui le distribuent.

L’argument principal utilisé pour refuser le contrat d’assurance individuelle proposé par l’emprunteur est fondé sur la notion d’équivalence prévue par la loi Lagarde. L’application stricto sensu de cette disposition permet à un établissement de crédits d’éliminer, sur des points de détail, toutes les offres concurrentes alors même que ces assurances individuelles sont aussi performantes et très souvent beaucoup moins chères que leur contrat groupe !

Il faut savoir que la prime d’assurance d’un contrat groupe peut représenter jusqu’à 15% du coût total d’un crédit. Ainsi, pour un couple âgé de 35 ans qui emprunte un montant de 150 000 Euros, sur une durée de 25 ans, la souscription d’un contrat individuel peut représenter une économie de 15 à 18 000 euros, pour des garanties identiques, voire supérieures.

La Loi Hamon a pris acte de ce constat d’échec et les mesures législatives qui ont été prises ont pour finalité de conforter la liberté de choix des consommateurs. Désormais, chaque emprunteur dispose d’un délai d’un an pour résilier le contrat assurance groupe signé en package de son prêt immobilier. Cette faculté de droit, donne au consommateur le temps suffisant pour reconsidérer une décision hâtive et décider d’opter pour un contrat individuel équivalent plus économique.

C’est une véritable avancée légale mais également politique puisqu’il s’agit de donner aux consommateurs les moyens légaux pour se libérer d’un quasi privilège ! Sur le fond, seule la réalité terrain nous dira si les emprunteurs utiliseront cette faculté et quelles réponses leur apporteront les établissements prêteurs. Ainsi, et c’est bien le point essentiel, à équivalence formelle, cet accord éventuel pour la substitution d’assurance sera-t-il gratuit ou onéreux via des indemnités de résiliation ? L’analyse des nouveaux contrats de prêt nous donnera un aperçu de la réponse bancaire.

Chez In&Fi Crédits nous sommes très positifs sur cette avancée de la Loi Hamon qui profite aux consommateurs et aux courtiers en crédits qui disposent d’une véritable offre généraliste d’assurances emprunteurs. C’est précisément ce qu’indique UFC-Que Choisir dans une étude août 2013 : « Seule l’intervention des courtiers en crédit, disposant d’un pouvoir de négociation avec les banques, semble faciliter la souscription d’une assurance emprunteur déléguée ».

En 2013 les Courtiers In&Fi Crédits ont réalisé plus de 36% d’opérations packagées en crédits + délégation d’assurance individuelle.

En l’état, nous considérons que cette disposition qui renforce la liberté de choix du consommateur est de nature à modifier profondément la donne.

« Le temps met tout en lumière » – Thalès

 

Par Pascal Beuvelet – Président fondateur d’In&Fi Crédits