ENERGIE : DES TRAVAUX A REALISER AU PLUS VITE !

20% des habitations françaises sont des «passoires thermiques», dont la classification énergétique est notée F ou G. C’est certainement le cas de votre logement s’il a été construit avant 1980. Vous en avez assez des dépenses de chauffage astronomiques ? Vous souhaitez optimiser votre isolation thermique en prévision d’une vente future ? C’est le moment d’engager les travaux qui s’imposent.

La consommation énergétique d’un bien classé F ou G sera en moyenne dix fois plus élevée que celle d’un bien récent, classé A. Compte tenu de l’envolée des prix du fioul et du gaz, le coût représenté par vos dépenses énergétiques peut vite atteindre des sommets et devenir également un frein important pour un futur acquéreur. Si vous souhaitez vendre votre bien dans de telles conditions, vous risquez d’avoir à attendre longtemps ou de devoir consentir un rabais conséquent.

Combien vous coûteront les travaux pour la chasse anti-gaspi ?

La solution consiste à engager des travaux qui rendront votre logement bien moins énergivore. Pour isoler les murs ou les combles d’un deux-pièces, par exemple, il vous en coûtera en moyenne 3.000 euros. Comptez 5.000 euros pour une chaudière à condensation. Un investissement non négligeable mais dont vous pourrez récolter les fruits rapidement. Comme le rappelle Pierre Douillard de l’ADEME (Agence de l’environnement et de la maitrise de l’énergie) : « grâce aux économies de combustible, ces coûts seront vite amortis».

D’autant que ces dépenses vous donnent accès à des crédits d’impôts selon certaines conditions. Ainsi, vous pourrez obtenir jusqu’à 26% de crédit d’impôt pour une pompe à chaleur, 15% pour une chaudière ou l’isolation des murs, 10% pour un double vitrage. Lorsque au moins deux travaux d’optimisation énergétiques sont réalisés dans l’année, vous pouvez obtenir jusqu’à 40% de crédit d’impôt.

Notre conseil : la chasse aux niches fiscales est ouverte et rien ne garantit que ces avantages fiscaux soient maintenus dans le temps. Mieux vaut engager les travaux dès maintenant, d’autant que le taux de TVA domestique devrait grimper de 7 à 10% dès l’année 2014. Renseignez-vous au plus vite auprès de vos conseillers In&fi Crédits qui vous orienteront sur la meilleure manière de financer ces travaux de rénovation énergétique. Vous pourrez ainsi augmenter la valeur de votre bien immobilier, tout en améliorant votre confort et la bonne santé de votre budget.