IMMOBILIER : COMMENT SE PORTE LE MARCHE DU LUXE ?

situation_immobilier_luxeSotheby’s International Realty France – Monaco, leader français de l’immobilier de prestige, note un ralentissement des transactions au 4ème trimestre 2012, après un début d’année très dynamique. D’après ces derniers résultats, les ventes de biens immobiliers prestigieux semblent elles aussi impactées par les inquiétudes politiques et économiques françaises.

Alexander Kraft, président de Sotheby’s International Realty France-Monaco, constate que son réseau spécialisé dans l’immobilier de luxe a connu « un début d’année 2012 très fort, avec une activité impressionnante jusqu’en mai 2012 ».  Des résultats qui s’expliquaient par la volonté des acheteurs et des vendeurs de conclure leurs transactions avant la modification des lois sur la plus-value et avant les élections présidentielles 2012. M. Alexander Kraft précise que «  Le 3ème trimestre a été encore très stable, reflétant l’activité des trimestres précédents. En revanche, au 4ème trimestre, nous avons dû noter une baisse importante de l’activité de -21% en nombre de transactions. »

L’immobilier de luxe, un marché à deux vitesses

Selon la valeur des biens, l’immobilier de prestige évolue de manière différente. Ainsi, sur le marché des propriétés entre 0.5 million € et  2.5 millions €, à Paris mais aussi en province, le volume des ventes a baissé et les prix ont diminué d’environ 10%. En revanche, pour les biens très haut de gamme, dont les prix s’échelonnent entre 2.5 millions € et plus de € 20 millions €, l’activité est soutenue par la demande des étrangers en quête d’investissements à long terme.

Comme le précise M. Alexander Kraft, « une tendance très claire s’observe : les acheteurs ne sont plus prêts à payer des prix élevés pour des biens de prestige qui n’affichent pas d’atouts particuliers ; les acquéreurs n’acceptent plus des prix au mètre carré de plus 12.000€ pour des appartements familiaux parisiens qui ne sont pas localisés dans les quartiers les plus recherchés, qui ne sont pas rénovés, ou qui ont d’autres inconvénients. La même tendance peut aussi être observée dans le marché du très haut de gamme : des prix au mètre carré supérieurs à 20.000€ sont uniquement acceptés s’il s’agit des propriétés uniques, comme des Penthouses ou hôtels particuliers importants dans les endroits les plus demandés, en parfait état et décorés par des architectes ».

D’après les spécialistes de ce marché du luxe, les prix devraient encore baisser de 5 à 10 % dans les mois à venir, pour atteindre une baisse totale d’environ 15 à 20 % par rapport aux prix les plus élevés du printemps 2012. Des opportunités intéressantes pourraient donc se présenter aux acheteurs bien informés.